5 start-up à surveiller dans la capitale indienne

Pleins feux sur les entrepreneurs de la florissante scène techno de Delhi.

Quand Oxford Economics a prédit que Delhi serait la métropole asiatique connaissant la plus forte croissance d’ici les cinq prochaines années, la firme avait certainement, en partie, les entrepreneurs technos en tête. En 2014, ses jeunes entreprises ont amassé 1,3 milliard $US en financement, faisant de Delhi – et surtout de Gurgaon, banlieue où elles sont concentrées – une étoile montante de l’économie indienne. «Étant située près de l’Aéroport international Indira Gandhi, Gurgaon est une plaque tournante toute désignée», commente Sudeep Singh, codirecteur du chapître indien de Startup Grind, une communauté internationale de mentorat soutenue par Google for Entrepreneurs. Voici cinq jeunes entreprises à surveiller.

Snapdeal: le marché virtuel en plein croissance

Le commerce électronique n’est pas nouveau, mais Snapdeal – présente dans plus de 5000 agglomérations indiennes – s’est approprié le concept en ciblant les 300 millions d’internautes du pays. Vendant de tout (des cartes de cellulaire aux vêtements griffés, en passant par des Vespa), elle a réussi à empocher 627 millions $US supplémentaires, depuis octobre dernier, se positionnant ainsi en véritable concurrente d’Alibaba, sa rivale chinoise et géante du magasinage en ligne.

Startosphere: la fructueuse plateforme de financement participatif

«En Inde, le marché des internautes est en forte croissance et représente un potentiel énorme pour les entrepreneurs technos en quête de financement», explique Sudeep Singh, de Startup Grind. C’est ainsi qu’est née Startosphere, l’une des nombreuses nouvelles plateformes offrant des solutions adaptées aux entreprises de ce pays. Contrairement à d’autres compagnies rivales, Startosphere ne touche aucune commission et n’exige pas que ses utilisateurs ouvrent un compte bancaire américain, facilitant ainsi la tâche aux entrepreneurs indiens.

Zomato: l’insatiable moteur de recherche de restos

Zomato n’est pas uniquement basée à Delhi: elle a des bureaux dans 13 villes indiennes et alimente ses utilisateurs en suggestions gourmandes dans 22 pays. Elle a toutefois fait grand bruit l’an dernier en invitant des pros des TI de Bangalore à s’installer à Delhi (tous frais payés), afin de transformer la ville en «nouvelle capitale techno du pays». La tentative a échoué, mais en janvier, Zomato a tout de même réussi à investir le marché américain en achetant Urbanspoon, le populaire site de référencement de restos, devenant ainsi l’une des premières start-up indiennes à acquérir une concurrente aux États-Unis.

Wingify: l’outil web qui facilite la vie des gens d’affaires

Les parcours professionnels du fondateur, Paras Chopra, et de son partenaire et directeur de la technologie, Sparsh Gupta, sont dignes de la petite histoire de Silicon Valley… sauf qu’ils s’inscrivent dans celle de Delhi. Conçu en 2009 depuis la chambres à coucher de Chopra, le convivial outil qu’ils ont développé permet d’analyser facilement le trafic sur un site, donnant ainsi aux responsables marketing ou aux dirigeants de PME la possibilité d’affiner instantanément leur présence en ligne. La planète semblait attendre le concept: depuis le lancement de Wingify, 3700 entreprises dans plus de 80 pays l’utilisent, dont les géantes Groupon, GE et Microsoft.

Cricbola: l’entreprise gagnante dans le monde du jeu en ligne

Le cricket est à l’Inde ce que le hockey est au Canada. Il n'est donc pas étonnant qu’une start-up mise sur ce sport populaire et la passion que soulève le jeu chez ses compatriotes. Alliant tambola (une sorte de bingo indien) et cricket, Cricbola est une appli où les joueurs rayent des numéros en fonction du résultat des parties en cours. Pour une mise modeste, ils peuvent gagner d’importants prix en argent et des bons d’achat. Lancée lors de la Coupe du monde de cricket, au printemps, l’appli a été téléchargée plus de 20 000 fois, résultat enviable pour une entreprise lancée en janvier dernier.