LeBulletin Altitude

Casablanca : votre porte d’entrée nord-africaine

Alors que Montréal et Casablanca sont maintenant reliées par un vol direct, nous vous présentons cinq villes marocaines animées et situées à proximité de l’aéroport international Mohammed V.

 

Casablanca

Commencez votre visite au marché central. Des rénovations terminées juste à temps pour son centenaire ont permis d’y mettre à l’honneur les produits locaux et les mets préparés à ses nombreux kiosques et étals. De là, marchez vers la mosquée Hassan II, la plus grande du Maroc. La magnifique construction n’est pas ancienne puisque, bien qu’elle ait été bâtie par des milliers d’artisans et qu’elle soit décorée de zelliges, les motifs d’une mosaïque associée à l’histoire du pays depuis le VIIIe siècle, elle n’a été inaugurée qu’en 1993. C’est donc une attraction à l’image de cette ville moderne. En chemin, faites un arrêt au Rick’s American Café. Reproduisant fidèlement le décor du film dans lequel brillaient Ingrid Bergman et Humphrey Bogart, l’endroit est étonnamment charmant. Les cocktails y sont bons, l’endroit est très fréquenté mais peu bruyant et le film y joue en boucle sur des téléviseurs discrètement accrochés aux murs.

Essaouira

C’est une petite ville typiquement marocaine, même si elle a été construite par les Français, les Anglais et les Génois. Elle est née au XVIIIe siècle de la volonté de Mohammed III qui voulait un port près de Marrakech pour ouvrir son empire à l’Atlantique et au commerce mondial. Ville fortifiée reconnue pour ses vents, Essaouira est un haut lieu du surf. Ne manquez pas d’y visiter sa casbah, une citadelle construite en 1765. De là, vous verrez les gargotes, ces petits kiosques bleu et blanc servant du poison pêché à bord d’innombrables barques bleues. Des centaines de mouettes veillent jalousement sur ce festin.

Marrakech

Marrakech est une ville de grands hôtels, des riads, pour la plupart, c’est-à-dire construits autour d’une cour intérieure. Parmi eux, le célèbre Mamounia, aimé de Churchill, et le plus récent Royal Mansour, un des plus luxueux établissements hôteliers du monde, conçu par et pour le roi (on y trouve le plus beau hammam à l’extérieur de la Turquie). Les souks de Marrakech sont typiques des marchés arabes, un vrai dédale d’échoppes artisanales colorées. Marrakech est au Maghreb ce que Florence est à l’Italie : l’idée même que l’on se fait du Maroc.

Fès

Le roi du Maroc ayant le tourisme à cœur, quelque 27 sites et bâtiments de cette ville vieille de 1200 ans ont été ou sont rénovés grâce au financement de la Banque mondiale. Deux souks occupent ce qui est sans doute la plus grande zone piétonnière urbaine du monde. Capitale marocaine jusqu’en 1925, Fès possède de nombreux points d’intérêt, notamment la bibliothèque de l’Université Al Quaraouiyine, fondée par Fatima el Fihriya vers 859, ce qui en fait probablement la plus vieille du monde. Des rénovations récentes y ont été supervisées par l’architecte canado-marocaine et native de Fès, Aziza Chaouni.

Tanger

Tanger n’est qu’à un jet de pierre des côtes européennes. D’illustres visiteurs – Delacroix, Matisse et Choukri y ont peint et écrit, Burroughs y a rédigé Le festin nu –, en ont fait leur port d’attache au Maghreb, incitant leurs semblables à la visiter et, souvent, à y rester. Ainsi, la Perle du détroit, qui ne compte qu’un million d’âmes, est aussi cosmopolite qu’une métropole. Essayez le Café Hafa, un modeste troquet ouvert en 1921 que les Beatles, entre autres, appréciaient. Zone internationale de 1940 à 1956, Tanger, un territoire autonome ouvert à tous, respectueux des lois ou non, a sans doute plus ressemblé à la Casablanca de Bogart que Casablanca elle-même. Si tout y est désormais « réglo », la ville a gardé une aura de mystère qui la rend absolument unique.