Comment tirer parti de la salle d’entraînement de son hôtel

Vous venez d’arriver à l’hôtel et vous aimeriez vous secouer les puces ; mais la salle d’entraînement ne possède pas votre équipement habituel. Trois entraîneurs canadiens vous expliquent en cinq points comment cette situation pourrait mener à la meilleure séance d’exercice de votre semaine.

1. Sortez de votre zone de confort

« Je vois toute nouvelle salle comme un terrain de jeux », affirme Nathan Bodewitz, un entraîneur de Calgary adepte des parcours d’obstacles. Rappelez-vous toutes les possibilités qui s’offraient à vous quand, enfant, vous vous amusiez dans des aires modulaires. On sait beaucoup de choses au sujet des entraînements les plus performants, de nos jours, alors il est bon de sortir un peu du cadre établi et de tirer parti de chaque nouvelle situation. N’oubliez jamais qu’il n’existe pas de mauvais entraînement. »

2. Oubliez votre barda

Entre pentes de ski et planche à bras, la Montréalaise Julie Marchand réussit toujours à faire du yoga. « Pour rester actif, vous n’avez besoin ni de matelas, ni de tenue parfaite, ni de flafla. Vous pouvez même faire votre yoga en jean, si vous optez pour des postures d’équilibre comme celle de l’aigle. Si vous n’avez pas d’enchaînement en tête, pensez aux cinq postures que vous préférez, et aux cinq que vous aimez le moins (ce sont celles que vous devez pratiquer), et répétez-les. »

3. Surveillez vos arrières

« Pour ne pas devenir ce que j’appelle un “athlète de miroir”, quelqu’un pour qui seul compte ce qu’il voit, profitez des voyages pour vous concentrer sur les muscles de soutien, propose le Torontois Brent Bishop. Je vous recommande de travailler les muscles postérieurs — les deltoïdes, les ischiojambiers, les fessiers et autre triceps — deux fois plus que les antérieurs — les biceps, les quadriceps et les abdominaux. Cela donnera de l’ampleur à vos mouvements et de la force pour soulever le petit de terre ou transporter vos sacs d’épicerie. »

4. Revenez à l’essentiel

Selon Nathan Bodewitz, « lorsqu’on fait son enchaînement habituel, on a parfois tendance à faire l’impasse sur la base. En déplacement, on peut se permettre de faire un peu d’introspection. » Brent Bishop abonde dans le même sens : « Que vous soyez joueur de tennis ou coureur, profitez de votre séance d’exercice à l’hôtel pour progresser dans votre discipline. Analysez et décomposez chacun de vos mouvements et imaginez-vous dans le feu de l’action ; c’est le secret pour améliorer ses performances. »

5. Changez de tempo

Julie Marchand aime combiner yoga et entraînement de force en ajoutant un peu de poids dans des postures comme la planche ou le guerrier et en écourtant les transitions entre les différentes positions. Nathan Bodewitz, pour sa part, aime ralentir la cadence. « La force vient du temps passé en tension. Si vous faites vos flexions de biceps en montant pendant une seconde et en descendant pendant une autre seconde, essayez de passer à un rythme d’une seconde en montant et de cinq secondes en descendant. Lorsque le choix de poids est limité, changer de tempo est une bonne façon de travailler sa force musculaire. »

La Montréalaise Julie Marchand est l’auteure de Rêvez, voyagez, bougez !, un ouvrage traitant de l’exercice en voyage. Elle anime des ateliers de yoga dans le monde entier.

Le Torontois Brent Bishop est un expert télé de l’entraînement à Cityline et le fondateur des Think Fitness Studios.

Le Calgarien Nathan Bodewitz est entraîneur personnel et fondateur de Peak Fitness YYC.