Le guide du voyageur écolo

Pour souligner le Jour de la Terre, nous avons demandé à Danielle Chabassol, de Exploring Alternatives, de nous faire part de ses conseils pour réduire son bilan environnemental en voyage.

Pourquoi avoir décidé d’explorer de nouvelles manières de vivre et de voyager ?
Mat, mon compagnon, et moi avons lancé Exploring Alternatives afin de tenir famille et amis informés de notre mode de vie nomade quand nous avons décidé de vendre notre maison et de voyager à temps plein.

Quelle philosophie dicte les grandes lignes de votre écotourisme ?
L’écologie influence un bon nombre de nos décisions. Nous tentons de compenser notre empreinte liée à nos déplacements en faisant des choix de vie différents, comme la simplicité volontaire, par exemple.

Quelles sont les trois meilleures stratégies pour minimiser l’empreinte écologique liée aux déplacements ?

  1. Voyager à un rythme lent et choisir ses destinations avec soin en prenant le temps de faire des recherches et de planifier son séjour, afin de réduire les émissions dues à son périple.
  2. Réduire sa consommation d’emballages jetables. Nous aimons beaucoup la marque canadienne Life Without Plastic qui propose des articles réutilisables de bonne qualité, comme ces récipients étanches en acier inoxydable. Nous en avons depuis deux ans et nous les adorons !
  3. Opter pour un régime alimentaire essentiellement végétal. Le lien avec l’environnement ne semble peut-être pas aussi direct, mais plusieurs articles et documentaires ont montré que le fait de manger moins de viande peut réduire le bilan carbone individuel.
     

Une recommandation d’articles de voyage zéro déchet ?
Nous sommes de fervents adeptes de la démarche zéro déchet. En voyage, nous nous efforçons de minimiser nos achats de produits jetables, comme les gobelets à café, les pailles et les bouteilles d’eau en plastique. L’inox est devenu un très bon allié. La bouteille de voyage Contigo est l’une des meilleures que nous ayons essayées; elle ne fuit jamais et garde les boissons chaudes pendant des heures. Nous avons aussi deux cuillères-fourchettes ultrapratiques en déplacement. Il nous arrive encore d’utiliser du plastique, mais le but n’est pas d’être parfaits, mais de réduire au maximum nos déchets.

Quelles répercussions Exploring Alternatives a-t-il eues sur vos vies ?
Nous avons de la chance de pouvoir utiliser une plateforme comme YouTube, qui nous permet de communiquer nos idées avec le public et d’avoir une rétroaction immédiate. Nous aimons vraiment échanger avec les gens parce que nous aimons apprendre de nouvelles façons de penser. Le seul bémol : le fait d’avoir un public nous oblige à prêcher par l’exemple en tout temps. Nous tâchons de faire de notre mieux.

Vos prochaines destinations ?
Nous pensons partir à la découverte de l’Afrique du Sud et de la Nouvelle-Zélande.