Les meilleurs nouveaux restos canadiens pour un souper d’affaires

Six endroits qui impressionneront collègues et clients, selon l’auteure de la liste des Meilleurs nouveaux restos canadiens 2018, Nancy Matsumoto.

Photo : Chris Giannakos

St. Lawrence

Vos invités québécois s’ennuient des saveurs de leur coin de pays? Originaire de Saint-Jérôme, le chef J.C. Poirier (qui a fait ses armes dans la cuisine du Toqué! en plus d’ajouter une expérience britannico-colombienne à son CV, au Ask for Luigi) saura vous aider. Son adresse de la rue Powell rappelle le confort d’un chalet grand-mère des Laurentides, et les assiettes, faites sur mesure, sont ornées d’une fleur de lys. Les classiques rustiques mais soignés qu’on y sert (comme le Paris-Brest à la mousse de foie gras et les délicieux ris de veau) changent toutes les saisons. Et les vins français proposés les accompagnent à merveille. Pour goûter à la Belle Province jusqu’à la toute fin du repas, optez pour la tarte au sucre ou encore le riz au lait réconfortant.
269 Powell St., Vancouver, 604-620-3800, stlawrencerestaurant.com

Donna Mac

Après avoir fait ses classes au Model Milk, Justin « Tino » Longpre est aujourd’hui à la tête de la cuisine de ce repaire moderne de Beltline. Le vieux tourne-disque et les immenses fenêtres donnent à l’espace invitant des airs de chalet de ski, du même type que celui des parents de vos amis. Donna Mac, c’est une grand-maman, et à voir l’allure du resto, on se doute qu’elle était plutôt cool. L’équipe de Proof and Vine Arts a concocté une liste de cocktails, de vins et de bières de génie. Le Doctor B (whisky de seigle albertain, miel, vinaigre de cidre de pomme et de pollen) viendra à bout de n’importe quelle discussion sérieuse. Et la bavette, parfaite, se collera aux notes de terre, de raisin de Corinthe et de bleuet de l’Ultraviolet, un cabernet californien.
1002-9 St. SW, Calgary, 403-719-3622, donnamacyyc.ca

Photo : Daniel Wood

Bündok

Voici un mariage parfait : menu sophistiqué, trame sonore du tonnerre et ambiance décontractée, le tout dans l’Ice District d’Edmonton, ce qui en fait un endroit idéal pour souper avant un match des Oilers. Les gnocchis du chef-propriétaire Ryan Hotchkiss, à commander absolument, sont légers comme une plume. Son secret? Il remplace les pommes de terre par de la pâte à choux. Il sert aussi un omble impeccable, et le contre-filet grillé séduit à tout coup grâce à une exécution sans reproche. Idem pour la dorade crue, rehaussée de pointes vives de basilic thaï, d’agrumes et d’huile de piment. Des cocktails classiques (vieux carré, boulevardier), une carte de bières exclusivement albertaines ainsi qu’une liste de vins canadiens et français raviront tous les invités autour de la table.
10228 104 St. NW, Edmonton, 780-420-0192, bundokyeg.com

Photo : Reynold Pan

Kiin

Mangez comme des rois et des reines grâce aux dumplings Royal Thai. Ces raviolis sont si joliment conçus que vous aurez l’impression d’être au Musée des beaux-arts de l’Ontario plutôt que dans la rue Adelaide. Le couple derrière le Sabai Sabai (une adresse chouchou de la ville) a mis la barre encore plus haut. Les volets de bois et les moulures ornementales n’empêchent nullement le décor de conserver un petit brin de folie. Au menu des boissons, vous trouverez des thés glacés originaux, à base de fruits de bael dorés (coing séché), ou de ka jiab (hibiscus). Si votre séance de remue-méninges commande quelque chose de plus corsé, vous avez aussi l’embarras du choix : le cocktail de whisky japonais, par exemple, agrémenté de calvados et de liqueur de kumquat. Puis commandez les côtes de bœuf laquées d’une sauce tamarin qui causera sans doute une dépendance ! Qui a dit qu’affaires et plaisir ne devaient jamais se mêler ?
326 Adelaide St. W., Toronto, 647-490-5040, kiintoronto.com

Photo : Dalia Katz

Tanto

Le chef Julian Iliopoulos a eu du mal à obtenir son permis de la Ville pour utiliser son Grillworks, un appareil du Michigan considéré comme la Lamborghini de la cuisson à bois. C’eût été un désastre s’il n’y était pas arrivé, car ce grill est le « sel » qui assaisonne ses plats d’inspiration argentine, selon ses propres dires. Presque tout ce qui sort de la cuisine de l’ex du Cava y passe : par exemple, la bavette wagyu, savoureuse, tout comme la laitue romaine qui l’accompagne, le tout relevé d’une bonne dose de sel, de vinaigre, de gras et de fumé. L’espace, de son côté, est tout aussi chaleureux, avec ses murs de briques, ses planchers de bois franc et ses banquettes invitantes. Laissez le personnel amoureux de la vigne vous guider à travers l’excellente carte des vins, composée de trésors impossibles à dénicher à la LCBO, comme le Tajinaste, un blanc sec aux notes d’abricot des îles Canaries.
74 Ossington Ave., Toronto, 416-546-3022, tantorestaurant.com

Photo : Dominique Lafond

Elena

L’architecte d’intérieur du Elena, Kyle Adams Goforth, s’est inspiré de l’esprit du Nuovo Vesuvio, le restaurant italien théâtral fréquenté par Tony Soprano. Ajoutant à cette idée, il a choisi des lignes tout en courbes, propres au design italien des années 1960 et 70, afin de créer l’un des espaces les plus jolis et les plus amusants de Montréal. Quant à elles, les pizzas et les pâtes pleines d’âme de la chef de cuisine Emma Cardarelli (Nora Gray) feraient mourir d’envie Carmen Soprano. Les croquettes de riz frites croustillantes comme la pizza aux champignons, au céleri-rave et au taleggio ont de quoi séduire. Que l’occasion soit professionnelle ou familiale (n’est-ce pas du pareil au même, au fond?), la carte alléchante d’apéritifs, de vins naturels et d’amaros permettra à la conversation de couler naturellement.
5090, rue Notre-Dame O., Montréal, 514-379-4883, coffeepizzawine.com